Formations photo, cours et stages photo à Clermont-ferrand
Tél. : 06 64 11 72 64
Me contacter : par téléphone 06.64.11.72.64 ou par mail contact@jeromepalle.com

Vos photos de silhouettes – Restitution de l’exercice photo #14

L’exercice de la semaine consistait à photographier un sujet en contrejour de manière à ce que sa silhouette se détache sur un fond clair à la manière d’une ombre chinoise.

Comme d’habitude vous pourrez retrouver à la fin de la vidéo le diaporama de vos images. J’ai repris toutes les photos des participants qui ont été publiées en commentaire de l’annonce de la vidéo épinglée en haut du groupe Facebook.

Si jamais j’ai oublié votre photo : ce n’est pas volontaire ! Faites moi signe : taguez-moi en commentaire de votre photo dans le groupe Facebook pour que je puisse la retrouver rapidement. Je la publierai dans le story de la chaine Youtube J.

Autofocus ponctuel et mesure spot

Le premier point que j’ai relevé sur cet exercice, c’est une confusion entre les notions de mise au point et de mesure de lumière. La plupart du temps, c’était plus une question de vocabulaire qu’un réel problème d’exécution dans la prise de vues. Mais c’est assez fréquent pour que ça finisse par entrainer des confusions à la longue.

Donc pour que les choses soient plus claires, je vais revenir sur ces deux points : la mise au point et l’exposition.

Faire la mise au point c’est ajuster la netteté de l’image.

Mesurer la lumière c’est utiliser la cellule de l’appareil photo pour mesurer la luminosité de la scène photographiée à l’aide d’une mesure globale, pondérée centrale ou ponctuelle, la mesure spot.

La netteté se situe sur un plan. On fait donc la mise au point à une certaine distance de l’appareil photo. On peut soit faire la mise au point manuellement en tournant la bague de mise au point. Dans ce cas, l’appareil ne fait rien. C’est vous qui tournez la bague avec vos petits doigts.

Ou alors, on peut faire la mise au point en autofocus. En autofocus, on peut choisir d’utiliser un ou plusieurs collimateurs. Et je pense que c’est de l’utilisation d’un seul collimateur que vient la confusion avec la mesure de lumière. Notamment avec la mesure spot. Car souvent, lorsque seul le collimateur central est utilisé pour faire la mise au point, j’entends parler de « mesure spot ».

La mesure spot c’est le mode de mesure de lumière qui permet de mesurer la lumière sur une toute petite partie de la scène. On mesure la lumière au centre du viseur sur une surface de l’ordre de 5% de la surface de la scène dans le viseur.

Du coup, lorsque la mise au point est faite avec le collimateur central et que la mesure de lumière est effectuée en mesure spot : mise au point et mesure de lumière sont toutes les deux réalisées au centre du viseur. Mais ce sont bien deux choses différentes : l’une concerne la netteté et l’autre concerne l’exposition.

Si vous avez besoin de précisions sur les réglages utilisés, que ce soit les modes de mesure de lumière ou l’utilisation de la mise au point manuelle ou autofocus avec les collimateurs, je vous invite à suivre la série de vidéos sur les réglages photo.

Vous pouvez également vous procurer mes livres que ce soit le Mémento photo ou les bases de la photo avec un reflex paru chez Eyrolles.

Contraste entre le premier plan et l’arrière-plan

Le second point que j’ai relevé dans les photos de l’exercice postées dans le groupe Facebook, c’est un écart de contraste trop faible entre le sujet principal et l’arrière-plan qui ne permettait pas toujours de distinguer le sujet aussi bien qu’on le voudrait.

C’est le cas sur la photo de Marie où l’on distingue une voiture miniature sur le bas de l’image. Mais on la devine plus qu’on ne la voit car elle se fond dans l’ombre du bas du voilage en arrière-plan.

C’est aussi le cas sur la photo de Chelsea où l’exposition est très bien pour restituer les couleurs du coucher de soleil et réaliser une silhouette en contrejour. Mais le surfeur qui se trouve en bas à gauche de l’image se fond dans les vagues qui sont trop sombres pour que sa silhouette se détache bien du fond.

Méfiez-vous de votre œil ! Il s’adapte à l’obscurité et vous donnent des détails là où il n’y en aura sur l’image finale pour une scène en contrejour exposée pour la partie lumineuse.

Dans les deux cas, que ce soit pour la voiture ou le surfeur, la solution n’est pas technique. C’est plus une question de positionnement du sujet et de l’appareil photo par rapport à la lumière.

Sur cette photo, Jean-Pierre a commencé par placer le chat devant la fenêtre. Mais le rideau rouge en arrière plan est un peu plus sombre que le centre de la fenêtre. Ce qui ne permettait pas de distinguer au mieux les contours de la statuette. En changeant le positionnement pour que la statue soit placée au centre des rideaux, la silhouette se détache mieux et cela crée une symétrie qui renforce la présence du chat.

Pour le surfeur, il aurait fallu pouvoir se déplacer pour que le sujet se situe entre l’appareil photo et la lumière du soleil. C’est ce qu’à fait Kamui sur ce portrait en contrejour. Ici on voit que la silhouette du modèle se détache bien pour autant qu’elle se superpose à la lumière du soleil en arrière-plan. On va revenir d’ailleurs sur cette photo de Kamui…

Des taches apparaissent sur l’image !

Le troisième point que j’ai relevé relève plus de la tache que du point !

Sur cette photo de Lolo, on voit apparaître du flare : c’est à dire des reflets de lumières dans l’objectif. Mais aussi des taches sombres.

On retrouve ce genre de taches plus claires, presque comme des gouttes d’eau sur la photo de Corina au milieu à gauche de l’image.

Pour son contrejour sur la mer, Lolo a utilisé un diaphragme fermé à f/10 au 18mm et Corina a fermé le diaphragme à f/11 au 60mm. Dans les deux cas, la profondeur de champ a été tellement étendu que la netteté a pu se faire y compris dans l’appareil. Les taches que l’on voit sont des poussières qui se situent dans l’appareil photo que ce soit sur l’objectif ou sur le capteur.

Alors rassurez-vous, c’est normal de fermer le diaphragme lorsque l’on expose pour la partie lumineuse d’un contrejour. Mais si vous voyez apparaître ce genre de taches, faites nettoyer votre capteur et, en attendant, augmentez la vitesse d’obturation pour utiliser une valur de diaphragme plus ouverte f/8 ou f/5,6 par exemple ou f/4 si votre objectif le permet.

Si on revient à la photo de Kamui, on constate que c’est ce qu’il a fait : il a exposé pour la partie lumineuse en arrière-plan en réglant une vitesse très rapide de 1/2500s pour garder un diaphragme assez ouvert de f/4.

En ouvrant ainsi le diaphragme, le risque est de réduire la profondeur de champ et donc d’avoir une faible zone de netteté. Mais comme le sujet est une silhouette, le seul impératif c’est que le sujet soit net sur les contours et pas forcement sur la profondeur. Donc le choix d’une grande ouverture de diaphragme reste pertinent tout en évitant de voir apparaitre des taches sur l’image finale.

Voilà les principaux points que j’ai relevés sur cet exercice photo de silhouette en contrejour.

J’ai fait un sondage dans le groupe récemment et il est apparu que le rythme d’un exercice photo par semaine étant un peu trop soutenu. J’ai donc décidé de temporiser un peu en alternant une semaine sur deux une vidéo d’exercice et la vidéo de restitution la semaine suivante. Donc un exercice une semaine sur deux au lieu de chaque semaine. Cela permettra à tout le monde de souffler un peu en attendant le prochain challenge sur le portrait le 18 juillet prochain.

Je vais décaler la restitution sur l’exercice de pose longue de nuit au 15 juillet cela vous laissera plus de temps pour participer dans le groupe Facebook : 

La semaine prochaine je lancerai un autre exercice d’actualité sur les feux d’artifice afin que vous soyez parés pour le 14 juillet en France et le 21 juillet en Belgique.

Le programme des vidéos et des exercices pour les prochaines semaines :

  • Mercredi 8 juillet : Exercice Feux d’artifice
  • Mercredi 15 juillet : Restitution exercice Pose longue de nuit
  • Mercredi 29 juillet : Restitution exercice Feux d’artifice.

Et on repartira ensuite sur un nouvel exercice…

Stage photo à Clermont-Fd samedi 11 juillet 2020

Et pour ceux qui sont du côté de Clermont, il reste encore une place pour le prochain stage photo le samedi 11 juillet prochain. C’est un stage sur une journée pour apprendre à maitriser votre appareil photo. Si vous souhaitez participer, c’est à clermont, c’est le 11 juillet prochain de 9h à 17h et je vous indique le lien par ici : dans la petite bulle et en description de la vidéo.

Je vous souhaite une bonne semaine, de bonnes photos et je vous dit « à tout de suite » pour échanger ici en commentaire et dans le groupe Facebook.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Style Switcher

Layout options
Background Examples (boxed-only)
Many more options included →