Formations photo, cours et stages photo à Clermont-ferrand
Tél. : 04 73 36 85 72
Besoin d'un renseignement ? Contactez-moi au 04.73.36.85.72 ou par mail contact@jeromepalle.com

New York ville sans limite [Arrêt sur Image]

 

Dans la vidéo ci-dessus je vous propose un [Arrêt sur Image] à New York. Une ville suspendue dans le temps et dans l’espace.

Cette photo des toits de New York a été prise du haut de l’Empire State building. C’est un endroit assez touristique et assez étriqué où l’on est assez vite pressé par la foule. Le point de vue est classique mais incontournable et offre une vision sur l’étendue de la ville. Un bon choix de cadrage aurait pu être d’embrasser la ville dans toute son immensité.

Mais ce qui me fascine à New York c’est ce mélange de proximité et d’immensité. Une sorte de village tout en hauteur. Tout petit mais sans fin. Il me fallait un cadrage qui traduise cette proximité mais sans fixer de limites. J’ai serré sur un ensemble d’immeubles.

Si on lit l’image de la gauche vers la droite, la ville se poursuit de part et d’autre de du cadre. Le fait qu’elle n’aie pas de fin clairement délimitée donne la sensation qu’elle n’a pas de limite. De même, en bas et en haut de l’image. Les immeubles sont entourés d’autres immeubles sur le premier plan. Et d’autres buildings encore plus grands les surplombent en arrière plan.

Le cadrage vise à montrer un ensemble de building. L’ensemble n’ayant ni point de départ ni point d’arrivée. On ne sait pas vraiment où ça se termine. Et c’est ça qui renforce la sensation que la ville n’a pas de fin. L’effet est perceptible de gauche à droite et de haut en bas. Mais je voulais qu’il soit aussi ressentit dans la profondeur de l’image.

A la pris de vue, j’ai mesuré mon exposition afin d’exposer pour les parties les plus lumineuses de la scène. L’idée était d’accentuer les ombres à la base des immeubles. J’ai d’ailleurs maximisé cet effet en poussant le contraste au post traitement. La ville s’étend de toute part sans avoir de fin et les immeubles s’enfoncent jusque dans des profondeurs invisibles.

Dans mes souvenirs, l’iconographie de New York a aussi souvent été en noir et blanc. J’ai donc gardé ce traitement monochrome pour que la ville soit suspendue à la fois dans le temps et dans l’espace.

https://youtu.be/V9_gX4vIZpw

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*